Finalement, il y en avait moins sur les routes, même dans les quelques spots intéressants du sud de la Seine-et-Marne (mais je n'ai pas fait les "17") ou alors je n'y étais pas au bon moment car il y avait des photographes dans les enchaînements entre Episy et Fontainebleau. D'ailleurs je me suis demandé si la voiture de police que j'ai croisé un peu après n'allait pas "faire du chiffre" sur leur dos.

Mais nous, on n'était pas là pour cela.

Déjà, on avait un but, la plaine de Sorque, le long du Loing, sur la commune de Montigny-sur-Loing.

L'aller passe par Moret-sur-Loing. J'aime bien Moret, du côté du pont c'est joli et animé avec les canoés qui passent d'un niveau à l'autre... Une chute de 1m parfois... Mais là, rien, à peine 30 cm de saut, le Loing est haut, boueux et peu fréquenté... Par contre, la pelouse en face est noire de monde, on se croirait à Paris-Plage, beurk... Y a peut-être plus de motards parmi les gens allongés au soleil que sur la route par contre, et le glacier en centre ville se fait des c.....es en or lui qui devait désespérer encore la semaine précédente... Moi à Moret, je préfère les sucres d'orge et me balader hors-saison, là, trop de monde, fuyons, la plaine est au bout de la rue sur la D104...

Grande descente dans la forêt de Fontainebleau, avec un drôle d'équipement le long de la route, j'ai cru un instant qu'ils avaient doublé les rails par une lisse basse, mais sans les rails. Je saurais un peu plus tard qu'il s'agit là d'un dispositif pour éviter aux batraciens de finir en crêpe sur la route : le crapauduc !!!

Une fois sur place, accrochez les motos, sortez les appareils photo et en route pour la réserve. Bon, même cause, même punition, le Loing débordant, on ne peut faire que le petit tour pour se rendre à un des deux observatoires (2km A/R quand même, sinon 5 km pour le grand tour mais comme nous a dit le gars rencontré au parking, "si vous allez sur la grande boucle, pensez à faire affaire avec le Vatican car il faudra marcher sur l'eau"...). Le site est sur l'emplacement d'anciennes carrières, rachetées pour sauver la nature (et ça à l'air de marcher)... Quelques belles bêtes dans l'eau (un ragondin (!), des cygnes et d'autres volatiles moins grands mais tout aussi magnifiques, de couleurs... Il y a aussi du gros gibier le matin ou le soir) Hélas, je n'avais que mon petit zoom 28/70, il faudra revenir avec d'autres armes plus lourdes... J'avais l'air ridicule face aux 600 et plus de certaines personnes avec qui je partageais les meurtrières... Je remercie d'ailleurs la personne qui m'a gentiment proposé de mettre ma carte dans son appareil puis de me prêter son zoom pour faire des photos. Il y a de la solidarité en dehors de la moto. Bon, hélas, ça n'était pas compatible... Euh, l'autre gros con avec son camouflage de chasseur sur son objectif hors de poids avec la même monture que moi, il n'a même pas fait semblant de prendre part à la discussion, j'aurais bien aimé avoir des gros plan quand même... ('foiré...)

Bon, retour... Il fait toujours beau, toujours chaud, on va pas rentrer direct quand même... Un œil à la carte (et oui, sortie à l'ancienne sans GPS) et oh, miracle, de l'autre côté du pont les vallées du Lunain (d'abord par une route ridiculement étroite) et de l'Orvanne nous tendent les bras... Quand on habitait Fontainebleau, on se baladait plus par là que dans la forêt, c'est dire si on a pas hésité longtemps... Toujours aussi agréable et avec de nouvelles maisons toujours hors de prix (sans quoi c'est là que j'aurais acheté et pas dans la plaine de Brie, grommèle), plein de chevaux partout et pas que sous la poignée pour profiter des virages incessants... D58, D120, d22.

Au retour, pour une fois, je vais tout droit de Villecerf à Episy, je n'aurais jamais du tourner à droite dans le passé, que c'est beau par là (D22 encore au lieu de la D218) !!! Il y a d'ailleurs un drôle de rocher (un dolmen ?) au départ.

Retraversant la rivière à Sorques, nous filons vers Fontainebleau (que je ferais la bêtise de traverser, bonjour l'envoiturage, j'aurais dû passer par Avon) et ne nous faisons pas surprendre comme la dernière fois par l'enchaînement de virages sur la D148. Souvent il y a des flics là haut pour dissuader les motards de s'en donner à cœur joie et en troupeaux alors méfiance si vous y allez !

Une petite balade de 120 bornes le nez au vent et le sourire aux lèvres, on a bien mérité le coup à boire en terrasse, à la maison... Mais il va falloir investir dans des futs pour les filles (et des pompes pour la petite) pour cet été, elles ont grandi...