Pour une fois serais-je tenté de dire, il  n'y a pas que de mauvaises nouvelles en début d'année.

Même si "comme d'habitude" premier janvier rime avec augmentations, il y a pour nous motards une bonne nouvelle : le JO (non, pas jeux olympiques, le Journal Officiel) contient entre autre pour son édition du 1er janvier 2013 le texte suivant (arrêté du 18 décembre 2012)

"L’arrêté du 3 janvier 2012 relatif aux équipements rétro-réfléchissants portés par tous conducteurs ou passagers d’une motocyclette d’une cylindrée supérieure à 125 cc ou d’un véhicule de la catégorie L5e d’une puissance supérieure à 15 kW est abrogé".


Donc l'idée, idiote, selon laquelle on devait porter - TOUT LE TEMPS - un équipement réfléchissant de 150cm² en plus des feux allumés en permanence, du catadioptre à l'arrière et des autocollants réfléchissants sur le casque - ben oui, c'est obligatoire et cela prouve que contrairement à la croyance populaire, il y a au moins un truc qui réfléchit au niveau du cerveau chez les motards !!!)  est passé à la trappe et avec elle la perte de deux points (2 POINTS !!!) en cas d'absence, même en plein soleil.

Je dis idiote car cela ne sert malheureusement à rien, il y aura toujours la réponse "je ne vous ai pas vu" qui signifie "je ne faisais pas attention", "je n'ai pas regardé" ou "mon cerveau n'a pas jugé digne d'importance de me rapporter votre présence", c'est hélas comme cela qu'il fonctionne la majeur partie du temps...

Maintenant, si vous voulez être vu (euh, il faudrait mieux offrir du temps de cerveau aux usagers de la route, nous compris) rien ne vous empêche de vous transformer en arbre de Noël mais garder son équipement actuel ne sera plus sanctionné de perte de points (abus de répression utilisant le permis pas au point qui ne devrait sanctionner que les dangers envers les autres pour être acceptable dans l'esprit des usagers accoudés au comptoir du bar du commerce...)

Mais, c'est maintenant votre choix !

Prochaine étape, la même chose pour les ballons, à l'utilité et à l'efficacité plus que remises en cause